Suivez Rolex sur WeChat en scannant le code QR.

Ana Ivanovic

Chaque Rolex a son histoire

La joueuse de tennis Ana Ivanovic a brillé sur le circuit professionnel de 2003 à 2016. Au cours de sa carrière, elle a remporté 15 tournois WTA en simple, dont un titre du Grand Chelem® à Roland-Garros en 2008. La même année, elle a occupé la place de numéro un mondial pendant douze semaines. Son talent, sa générosité et sa gentillesse font d'elle l'une des joueuses préférées dans la communauté de fans de tennis et d'amateurs de sport du monde entier. Sa montre Rolex symbolise sa quête constante de perfection tant en tennis que dans sa vie personnelle.

Every Rolex Tells a Story — Ana Ivanovic

« Cette montre symbolise ma quête perpétuelle et tout ce que j’y ai consacré, jour et nuit. Ça ne s’arrête pas une fois qu’on a remporté une victoire. »

J’ai eu un véritable coup de foudre pour le tennis. Pour mes cinq ans, j'ai reçu en cadeau une petite raquette de tennis et c'est là que tout a commencé. Je savais que c’était ce que je voulais faire plus tard. C’était une passion : j'aimais aller à l’entraînement, j’adorais la compétition et me fixer des objectifs. J’adorais jouer tout simplement. C’était toute ma vie.

Je suis née à Belgrade qui faisait alors partie de la Yougoslavie. Pendant la guerre, c’était très difficile de s’entraîner, et ce pour plusieurs raisons. En été ça allait parce que nous avions des courts en terre battue que nous adorions, mais l'hiver, il fallait continuer à s’entraîner et nous n’avions que les piscines couvertes qui avaient été vidées.

« Chaque profession demande des sacrifices et beaucoup de travail pour arriver au sommet. Rien n’est acquis. Je voulais toujours faire mieux. »

C’était dur mais ma famille m’a toujours soutenue. C’est une période pendant laquelle je devais progresser en tant que joueuse et voyager pour les tournois. Or, il était très compliqué d'obtenir un visa pour sortir du pays. Nous devions prendre le bus de Belgrade à Budapest ; le trajet se faisait de nuit et durait six ou sept heures. Puis, à Budapest, nous prenions l’avion, au prix le plus bas possible.

Chaque profession demande des sacrifices et beaucoup de travail pour arriver au sommet. Rien n’est acquis. Je voulais toujours faire mieux, être à 100 % de mes moyens et je n’étais jamais satisfaite. Je cherchais la perfection. En tant que personne, nous évoluons sans cesse. Et, pour cela, il est important d'avoir de bonnes valeurs et croyances, et la motivation qui va avec. Je pense que si l'on cherche toujours la perfection et le succès dans sa carrière ou son environnement, on passe forcément par des échecs, mais ces échecs sont riches en enseignements, parfois plus que les victoires.

« J’ai soulevé le trophée aussi haut que j’ai pu, et de voir ma nouvelle Rolex à mon poignet m’a rappelé tout le travail que j’avais fourni, tout ce en quoi je croyais. Tout s’imbriquait. »

2008 a été une année exceptionnelle pour moi. J'avais tout juste 20 ans et je suis passée du statut d’outsider à celui de numéro 1 ce dont j'avais toujours rêvé. Et c’est arrivé tellement vite ! L'année précédente, j'avais atteint la finale des Internationaux de France que j’ai perdue. Puis, en 2008, j’ai remporté le tournoi d’Indian Wells et j'ai été finaliste de l’Open d’Australie.

C’est grâce à toutes ces expériences que j’ai remporté Roland Garros en 2008 et que je suis devenue numéro 1 la même semaine. J’ai eu ma Rolex Daytona juste avant Roland Garros. J’étais très émue lors de ma victoire aux Internationaux de France. J’ai soulevé le trophée aussi haut que j’ai pu, et de voir ma nouvelle Rolex à mon poignet m’a rappelé tout le travail que j’avais fourni, tout ce en quoi je croyais. Tout s'imbriquait.

La montre Rolex d’Annika Sorenstam

Cette montre symbolise ma quête perpétuelle et tout ce que j’y ai consacré, jour et nuit. Ça ne s’arrête pas une fois qu'on a remporté une victoire. Parce qu'on veut toujours faire mieux, s’améliorer. Que l’on soit joueur de tennis, simple citoyen, homme d’affaires ou parent, nous voulons simplement devenir de meilleures personnes, jour après jour. C’est quelque chose qui reste et c’est ce qu'incarne Rolex selon moi : la constance et l’amélioration continue.

« Une Rolex n’est pas une simple montre. Pour moi, c’est bien plus que ça. Une Rolex incarne non seulement les valeurs que nous espérons tous incarner, mais également celle que nous voulons transmettre à la prochaine génération. »

Lorsque j’ai remporté les Internationaux de France, il m’a paru logique de partager ma joie avec mon équipe. Je leur ai donc offert à chacun une Rolex gravée de l'inscription « Dream Team RG08 ». Pour notre mariage, mon mari et moi voulions offrir à nos familles un cadeau pour qu’elles puissent se souvenir de ce jour à leur manière. Nous avons décidé que nos mères auraient une Rolex, donc nous leur en avons offert une et nous les avons également fait graver. Elles étaient très émues.

Je voulais que ma famille et mes proches fassent partie de la famille Rolex parce qu'une Rolex n’est pas une simple montre. Pour moi, c’est bien plus que ça. Une Rolex incarne non seulement les valeurs que nous espérons tous incarner, mais également celle que nous voulons transmettre à la prochaine génération. Tout comme nos montres que nous espérons un jour léguer.